CONTACTEZ-NOUS

TEL : 04 28 38 38 10

contact

SUIVEZ-NOUS

  • Logo Facebook dermatec lyon
  • Logo linkedin dermatec lyon
  • Logo Insta dermatec lyon
CPPi_LOGO1_RVB72dpi.png
002-france.png
001-united-kingdom.png

Copyright 2017 DERMATEC SAS  / CPP-initiatives - Tous droits réservés

Mentions légales

Charte de Protection des Données Personnelles

6 questions pour comprendre l’alopécie

06/20/2019

Lorsque la quantité de cheveux diminue progressivement, lorsque les cheveux se raréfient, on parle d’alopécie. La densité capillaire est moins importante, un phénomène qui peut toucher les hommes comme les femmes.


Comment fonctionne le follicule pileux ?


Au cours de sa vie, le follicule pileux observe trois grandes phases, toujours identiques mais à la temporalité très variable : 


•    La première phase est la phase Anagène : pendant 2 à 6 ans, le follicule pileux se développe. 
•    La seconde phase est la phase Catagène : le follicule pileux stoppe sa croissance.
•    La dernière phase est la phase Télogène : les cheveux tombent. 


Croissance et ralentissement : qu’est-ce qui favorise le développement du follicule pileux ?


Alors que les hormones thyroïdiennes et les œstrogènes permettent la croissance du follicule pileux, la dihydro-testostérone la ralentit. Cette hormone étant plus présente chez l’homme que chez la femme, il est donc logique que les hommes soient plus sujets à l’alopécie. 


A quel moment peut-on parler d’alopécie ?


Il est tout à fait normal de perdre entre 60 et 120 cheveux par jour lors du shampoing ou du coiffage généralement. Ce nombre peut même augmenter sur une courte période de stress, d’intense fatigue voire de changement de saison. Mais si les cheveux restent sur l’oreiller, si les cheveux se raréfient sur le crâne ou au niveau du front, la question de l’alopécie peut se poser. 


Quelles sont les causes de l’alopécie ?


S’il est parfois difficile de donner la cause exacte de l’alopécie, certains facteurs jouent considérablement dans sa survenue et son développement. Il peut s’agir :


•    Des hormones
•    Du surpoids
•    Des suites d’un accouchement
•    De la ménopause
•    …


Comment ralentir et/ou traiter l’alopécie ?


Le premier réflexe en cas de perte de densité capillaire est de consulter son médecin ou son dermatologue. Le diagnostic d’un professionnel donne en effet un point de départ et une possible orientation au traitement. Le professionnel de santé pourra notamment prescrire certaines lotions à appliquer quotidiennement sur le cuir chevelu pour ralentir la chute des cheveux. 


Autre solution pour les cas d’alopécie avancés : la micro-greffe capillaire. A l’aide des cheveux d’une autre partie du crâne, une greffe est effectuée sur les zones à traiter. Une opération coûteuse (environ 5 000€) mais qui a fait ses preuves. 


D’une manière générale, il faut à la fois agir sur la fibre capillaire, sur le cuir chevelu et sur le bulbe. Il est donc possible de prendre des compléments alimentaires pour ce dernier, d’utiliser une lotion capillaire pour le second et un shampoing adapté pour le premier. 


Un traitement contre l’alopécie tente tout d’abord de stopper le chute de cheveux pour favoriser la repousse dans un second temps. Un processus qui dure au minimum 3 à 6 mois (cycle nécessaire au renouvellement capillaire) et qui peut s’étendre jusqu’à 18-24 mois.


Ces idées reçues pour vaincre l’alopécie


Vous serez peut-être tenté(e) de vous tourner vers certains remèdes et astuces de grand-mère légendaires pour venir à bout de l’alopécie. Malheureusement, les effets sont quasiment inexistants. Inutile donc d’arrêter de vous brosser ou laver les cheveux. 


Se couper les pointes et longueurs pour fortifier les cheveux n’aura là encore aucun effet car l’alopécie touche le bulbe des cheveux. 


Enfin, mettre « votre tête à l’envers » n’aura d’autres conséquences que d’augmenter l’afflux sanguin. 


Vous pouvez par contre prévenir certaines formes d’alopécie comme l’alopécie de traction qui survient après fragilisation du bulbe par des coiffures « tirant sur les cheveux ». C’est le cas des tressages mais aussi des dreadlocks, des chignons serrés à répétition ou encore du recours au défrisage. 


Vous présentez une alopécie de grade I à III ? Participez à une étude indemnisée dès septembre 2019. Pour en savoir plus sur l’étude : cliquez ici


Retrouvez toutes les actualités et les études indemnisées DERMATEC sur Facebook et sur LinkedIn.
 
Vous n’êtes pas encore inscrit(e) dans le panel de volontaires DERMATEC ? Vous souhaitez participer à des études indemnisées et personnalisées toute l’année. Inscrivez-vous : Devenir Volontaire.

 

 


 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Articles précédents

DERMATEC recrute un(e) technicien(ne)

11/07/2018

1/3
Please reload

Articles récents