« Non testé sur les animaux » : attention aux mentions trompeuses

04/08/2019

La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) met en garde : derrière l’allégation « non testé sur les animaux » se cache une mention abusive, un argument marketing trompeur qui pousse à acheter des produits de beauté plus chers, sans réelle raison. Explications.


Pourquoi l’allégation « non testé sur les animaux » est abusive ?


Si cette mention fait aujourd’hui polémique, c’est avant tout car la réglementation européenne interdit d’expérimenter des cosmétiques sur les animaux. L’allégation revient donc à dire que le produit est conforme et légal mais en aucun cas qu’il apporte un gage de qualité ou d’engagement supplémentaire.


La DGCCRF assure donc son devoir d’information en diffusant très largement la supercherie auprès des consommateurs : les caractéristiques décrites sur les produits « non testés sur les animaux » sont en fait celles imposées par la réglementation. Cette mention relève donc de techniques commerciales trompeuses comme définit dans le Code de la consommation (article L.121-2). Le consommateur peut en effet être induit en erreur lors de l’achat, pensant que d’autres produits de beauté non porteurs de cette allégation seraient quant à eux testés sur les animaux.


Ce qu’il faut retenir : aucun produit encadré par la réglementation européenne n’est testé sur les animaux, qu’il soit porteur d’une mention ou non.


Des mentions marketing illégales sur les produits de beauté


Lors de vos emplettes beauté, vous trouverez peut-être dans les rayons des produits estampillés « cruelty-free » ou encore « leaping bunny » affichant en toutes lettres que les produits ne sont pas testés sur les animaux. Mais cette obligation est faite depuis l’application du règlement (CE) du 30 novembre 2009 n° 1223/2009 en 2013.


Mais que dit exactement la réglementation ?


Ce règlement (CE) liste toutes les obligations à respecter pour et par les produits de beauté commercialisés sur le marché communautaire. Il est complété par le règlement supplémentaire du 10 juillet 2013 (n°655/2013). Sur la base de ces deux règlements, expérimenter les produits de beauté commercialisés en Europe sur les animaux est tout simplement interdit.


Depuis le 11 juillet 2013, la DGCCRF et l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) ont été désignées comme autorités compétentes en charge de veiller au respect du règlement et de son application.


Les subtilités de la réglementation pour les produits de beauté


Mais attention, si vous êtes 100% engagé(e) dans une démarche cruelty free, sachez que la réglementation à quelques failles. Si aucune composante cosmétique ne peut être testée sur les animaux, les conservateurs de l’industrie agro-alimentaire ne sont pas soumis aux mêmes interdictions. Il est donc possible de les retrouver ensuite dans les produits de beauté (crème, maquillage...)


Pour avoir l’assurance d’utiliser des produits 100% non testés sur les animaux, le site de l’association PETA regroupe toutes les marques engagées.


Petit point vocabulaire : vegan VS « non testé sur les animaux »


Connaissez-vous la différence entre les produits de beauté vegan et les produits de beauté « cruelty free » ? Les premiers n’intègrent pas dans leur composition d’éléments provenant des animaux comme le lait ou le miel par exemple. Ils vont donc encore plus loin que les produits « cruelty free ». Les seconds sont en effet non testés sur les animaux mais peuvent être composés de kératine, de miel, de lait d’ânesse…

 

Vous souhaitez prendre soin de votre beauté ? Participez à des études indemnisées et personnalisées en cliquant ici : Devenir volontaire DERMATEC.


Plus d’actus sur Facebook DERMATEC et LinkedIn DERMATEC. Rejoignez-nous !

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Articles précédents

Protéger la peau sensible du froid en hiver

02/03/2020

1/3
Please reload

Articles récents