CONTACTEZ-NOUS

TEL : 04 28 38 38 10

contact

SUIVEZ-NOUS

  • Logo Facebook dermatec lyon
  • Logo linkedin dermatec lyon
  • Logo Insta dermatec lyon
CPPi_LOGO1_RVB72dpi.png
002-france.png
001-united-kingdom.png

Copyright 2017 DERMATEC SAS  / CPP-initiatives - Tous droits réservés

Mentions légales

Charte de Protection des Données Personnelles

Une bio-imprimante 3D mobile capable de créer de la peau humaine

03/27/2019

Une révolution se joue dans les coulisses des nouvelles technologies et de la santé. L'équipe scientifique du WFRIM (Wake Forest Institute for Regenerative Medecine) a mis au point une bio-imprimante 3D mobile capable de créer de la peau humaine. Un appareil révolutionnaire qui permettrait de traiter et cicatriser plaies et blessure grâce à la bio-impression. La mobilité de l'appareil ouvre le champ de tous les possibles : les patients pourront être soignés à leur domicile.


Comprendre le fonctionnement de la bio-imprimante 3D mobile


Cela ressemble fort à de la science-fiction (façon 5ème élément) et pourtant, imprimer une couche de peau directement sur une blessure est désormais possible. Pour y parvenir, les scientifiques du WFRIM ont mis au point une encre unique composée de cellules de peau et d'un substrat d'hydrogel qui reproduit parfaitement les caractéristiques de l'épiderme. Les cellules de peau sont prélevées sur une partie du corps non lésée du patient et injectées dans l'encre pour ensuite panser la plaie. Les kératinocytes et les fibroblastes sont en effet faciles à isoler et à réutiliser. Les premières sont les cellules les plus présentes dans la couche externe de la peau et les secondes sont celles qui synthétisent le collagène notamment, indispensable dans la cicatrisation.


Une fois l'encre ajoutée dans la bio-imprimante 3D mobile, il ne reste plus qu'à scanner la plaie pour l'analyser et définir où l'appliquer. Les cellules sont déposées au bon endroit pour permettre la guérison rapide de la plaie. Une technologie prometteuse pour soigner les grands brûlés par exemple. L'un des scientifiques travaillant sur le projet, Sean Murphy affirme : "L’aspect unique de cette technologie est la mobilité du système et la capacité de gérer sur place les plaies étendues en les scannant et en les mesurant afin de déposer les cellules directement là où elles sont nécessaires pour créer la peau."


De premiers tests concluants pour la bio-imprimante 3D mobile


Tout l'enjeu réside dans l'utilisation de cette technologie sur des hommes. Après des tests prometteurs sur des souris et des cochons, le défi est de passer à l'étape supérieure. Il est en effet extrêmement compliqué de protéger la plaie lorsqu'une peau saine doit être préalablement prélevée sur le même sujet. L'une des possibilités pour palier cette problématique serait d'effectuer des prélèvements de peau sur un donneur. Mais malheureusement, le risque de rejet est aujourd'hui trop grand. Les tests ont pour l'heure prouvé que la bio-imprimante 3D mobile permettait de former une nouvelle peau sur la plaie à partir des cellules propres au patient soigné.


Anthony Atala, directeur du Wake Forest Institute for Regenerative Medecine explique : "Cette technologie pourrait éliminer le besoin de greffes cutanées douloureuses qui causent une défiguration supplémentaire aux patients souffrant de plaies ou de brûlures importantes. Une bio-imprimante mobile capable de traiter sur place les plaies étendues pourrait aider à accélérer la prestation des soins et à réduire les coûts pour les patients."


La bio-impression, une révolution pour le secteur de la santé

 

En seulement quelques années, la parole a laissé place à l'image. Nous pouvons imprimer à loisir tous nos dires. Plus récemment, l'image fait place au volume, à l'impression 3D. Les imprimantes 3D sont nombreuses sur le marché, permettant de reproduire des objets plus ou moins gros, tout en volume. Un enfant peut désormais imprimer le jouet de ses rêves en quelques minutes. Certains professionnels de la construction proposent même des maisons en impression 3D ! La bio-impression, celle qui fabrique des matériaux vivants, est évidemment une étape de plus dans cette mise en forme car elle ouvre des infinies possibilités. Si la bio-imprimante 3D mobile demande encore quelques réglages, la seule combinaison d'un système d'imagerie portable et de la bio-impression représente une avancée majeure pour le secteur de la santé. Les technologies d’impressions 3D "peuvent fabriquer des matériaux vivants durables à travers les bio-matériaux issus de la biologie de synthèse, ainsi que des nanomatériaux ce qui ouvre la voie au neuro-design, à l’intégration de IA dans le champ du design." - Imprimer le Monde (éditions HY).


Aujourd'hui, 2 millions de Français sont touchés par les plaies chroniques. L'appareil permettrait donc de les traiter, de soigner les blessures, de panser les plaies des grands brûlés voire de simplifier la greffe d'organes par exemple. Avec le scan minutieux de la plaie, la bio-imprimante trouve des solutions personnalisées pour chaque patient.


Une question d'éthique sous-jacente


Oui la bio impression est une véritable révolution. Mais attention à en définir le cadre. Qu'il serait tentant "d'imprimer" des organes en 3D dans quelques années, plus performants, plus esthétiques. Ô combien la monétisation de ce processus serait lucrative… Mais une chose est certaine, ce nouveau procédé doit impérativement être réservé à "réparer", à soigner. L'existant bien présent ne doit pas être modifié sous peine d'aboutir à de parfaits clones modifiés par la bio-impression. Conservons ces spécificités qui font notre richesse !


Plus d'actus ? Rejoignez-nous sur Facebook et LinkedIn pour être informé(e).


Vous voulez participer à des études indemnisées adaptées à votre profil ? Devenez volontaire DERMATEC en cliquant ici : DEVENIR VOLONTAIRE

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Articles précédents

DERMATEC recrute un(e) technicien(ne)

11/07/2018

1/3
Please reload

Articles récents