CONTACTEZ-NOUS

TEL : 04 28 38 38 10

contact

SUIVEZ-NOUS

  • Logo Facebook dermatec lyon
  • Logo linkedin dermatec lyon
  • Logo Insta dermatec lyon
CPPi_LOGO1_RVB72dpi.png
002-france.png
001-united-kingdom.png

Copyright 2017 DERMATEC SAS  / CPP-initiatives - Tous droits réservés

Mentions légales

Charte de Protection des Données Personnelles

La peau, miroir de nos émotions

03/21/2019

"Être à fleur de peau", "l'avoir dans la peau", "être bien dans sa peau"… avez-vous déjà remarqué combien la peau est présente dans nos expressions ? Et pas n'importe lesquelles ! Celles qui renvoient à notre moi, à nos émotions, à notre sensibilité. Cette peau si souvent malmenée, oubliée est pourtant le miroir de notre intériorité et possède un étroit lien avec notre cerveau. Un lien qui remonte au développement de l'embryon et du fœtus... 


Écoutons notre peau


Avec ses 5 millions de capteurs, ses cellules sensorielles réparties sur 2m², la peau est notre premier rempart, celui qui protège notre organisme du monde extérieur. Elle est le réceptacle de toutes les sensations, de toutes les agressions, du chaud au froid en passant par la douleur et la douceur. Notre peau est notre organe le plus précieux, formidable transcripteur de nos émotions. Nombreux sont les chercheurs comme Aschley Montagu qui l'ont affirmé "la peau est l'organe le plus important chez l'homme. Chaque sensation correspond à un message humain fondamental". Et si l'on écoutait notre peau ?


Du contact à l'amour, il y a la peau


Que les caresses sont agréables sur notre peau. Leur douceur envahit nos sens et nous procure mille émotions. Notre peau est en émoi, notre moi est aux anges. "L'amour naît du contact" affirme la chercheuse du laboratoire de psychobiologie de la Sorbonne, Jacqueline Nadel. Et cette certitude est vérifiée dès notre naissance. Les bébés, les enfants cherchent les caresses, ils aiment être touchés, massés, cajolés toute la journée. Leur peau fragile capte l'essence de l'amour et les fait grandir. Le toucher aide les bébés hospitalisés ou prématurés à réduire le temps d'hospitalisation nécessaire, les massages favorisent la coordination motrice, l'endormissement, la relaxation… Masser, bercer, toucher bébé et prendre soin de sa peau est un véritable acte d'amour et de bien-être qui l'aide à se développer.


En grandissant, nous perdons peut-être le réflexe de le dire, de le ressentir ou même de s'y attarder, mais la peau est toujours là avec ses capteurs encore plus nombreux. Le toucher est un moyen d'échanger, de partager, de séduire, d'aimer. La caresse et le massage sont une thérapie à moindre coût qu'il est simple d'adopter.


La peau ressent, la peau vit


Récepteur et émetteur, la peau est le reflet de nos émotions. Le psychanalyste Didier Anzieu en a l'intime conviction. Conviction qu'il présente dans Le Moi-Peau écrit en 1974. C'est à cette date que psychanalyse et dermatologie ont débuté leur cheminement commun et ce n'est pas pour rien.


Après recherches et analyses, Didier Anzieu affirme que nous passons tous par une étape cruciale de développement appelée le "moi-peau". Celle-ci a lieu dans nos premiers mois, lorsque bébé, maman et papa font du "peau à peau". Une théorie qui amorçait déjà les pratiques actuelles : le "peau à peau" dans les maternités. Ce stade de développement serait celui qui façonnerait notre personnalité, notre identité pour cheminer ensuite vers l'évolution psychique puis vers la sexualité.


Année après année, la peau ressent, elle vit, elle reflète nos émotions positives comme négatives. Nous sommes rouge de colère, bleu de froid, blanc de peur, gris de tristesse ou rayonnant de joie.


Les maladies de peau, le reflet de traumatismes profonds


Le docteur Danièle Pomey-Rey affirme que 80 % des maladies de peau sont le reflet d'un déséquilibre psychologique : "Celui qui en est atteint est quelqu’un qui a beaucoup de choses à dire, mais qui n’y parvient pas. Il parle alors avec sa peau" explique la dermatologue et psychanalyste de l’hôpital Saint-Louis.

 

Pour elle, la peau parle sans mots mais sait se faire entendre pour peu que l'on soit disposé à l'écouter. Eczéma, herpès, acné ou encore psoriasis sont très souvent générés par une situation de stress durable ou par une blessure intérieure profonde. Ils reviennent, régulièrement, la rappeler sans bruit. Et il y aurait une explication scientifique à cela : le développement embryonnaire. Cerveau et peau se forment au même moment, le 21ème jour. Ce lien devient alors indéfectible, amenant des transmissions constantes et des réactions en conséquence. Leur langage unique est parlé via les neuromédiateurs (invisibles messagers chimiques qui assurent la communication entre la peau et le système nerveux) qui impactent la peau et peuvent tour à tour générer ou résoudre une maladie de peau. Ce lien fort a amené la création de la psychodermatologie, pour que dermatologue et psychiatre travaillent conjointement dans la résolution de certaines affections cutanées.

 

Une maladie de la peau, un traumatisme unique ?

 

Pour Daniel Pomey-Rey, chaque affection cutanée a généralement une explication plus profonde et unique. Ainsi :


• Le psoriasis est le signe d'une colère intériorisée,
• L'eczéma est le signe d'une angoisse ancrée,
• La perte de cheveux est le signe d'une perte marquante (parent, ami…),
• Quand l'acné est le signe visible d'un deuil en cours.

 

Inutile alors d'allonger le patient sur un divan. Dermatologue et psychiatre soignent conjointement le traumatisme pour restaurer, jour après jour, l'estime de soi, pour éloigner les causes du déséquilibre… Progressivement, les plaies psychologique et cutanée se referme, conjointement.

 

Vous voulez apprendre à connaître votre peau ? DERMATEC vous propose de participer à des études indemnisées toute l'année, adaptées à votre profil. Inscrivez-vous ici et rejoignez-nous sur Facebook

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Articles précédents

DERMATEC recrute un(e) technicien(ne)

11/07/2018

1/3
Please reload

Articles récents